vendredi 16 juin 2017

Chez l'opticien en bottes de skidoo

Grégoire se trouvait avec sa fiancée chez l'opticien. C'était l'été et les oiseaux gazouillaient dans les arbres. Cependant, on ne les entendait pas gazouiller dans la salle d'attente puisque toutes les fenêtres étaient fermées. Il faisait chaud et on avait cru bon de partir le système d'air climatisé.

Grégoire était un gros et grand gaillard qui aimait boire du thé. On n'en servait pas chez l'opticien et ça ne le perturbait pas outre mesure. Il prenait son mal en patience en compagnie de sa douce qui en profitait pour feuilleter des revues de l'année dernière, dont le palmarès des écoles de la revue L'Actualité.

La fiancée de Grégoire s'appelait Brigitte. Ce n'était pas vraiment sa fiancée puisqu'ils n'avaient pas l'intention de se marier. L'amour, pour eux, n'avait rien à voir avec les institutions. C'était justement pour les oublier qu'ils s'aimaient.

Brigitte aimait bien boire un café par jour et comme elle l'avait déjà pris ce matin-là elle ne songeait pas à en boire un autre même s'il y avait une machine à café chez l'opticien. Elle était jolie avec son teint café et ses lobes d'oreille. Son père était Écossais et sa mère Sénégalaise. Ça expliquait aussi cette manie qu'elle avait de siffler Scotland The Brave le matin.

Grégoire portait des bottes de motoneigiste ce jour-là. D'autres auraient dit des bottes de skidoo mais c'est moi qui décide comment les choses doivent se nommer. Et moi seul, nah!

N'empêche qu'on pouvait se demander pourquoi ce sacré Grégoire portait des bottes de skidoo en plein été. Peut-être n'avait-il pas d'autres chaussures?

Quoi qu'il en soit, la secrétaire de l'opticien, Luce Dumont, une petite dame d'un certain âge, vint le trouver pour lui prier de la suivre. Ce qu'il fit sans rechigner parce que c'est toujours comme ça que ça se passe avec ceux qui traînent dans les salles d'attente.

-Monsieur, vous allez vous étendre ici sur le sofa. Je vais prendre vos bottes...

-Bien sûr, dit Grégoire en s'étendant de tout son long.

La secrétaire lui ôta ses bottes de skidoo. Elle retira les pantoufles de feutre et, à la grande stupeur de Grégoire, les fit tremper dans une solution gélatineuse.

-Pourquoi faites-vous tremper mes feutres?

-C'est pour l'examen de la vue... répondit la secrétaire.

Grégoire ne comprit pas tout à fait le but de l'opération mais la laissa faire. Peut-être qu'il finirait par y voir clair.

Elle ôta ensuite les chaussettes de Grégoire qui se retrouva pieds nus sur le carrelage puisqu'elle lui ordonna de regagner la salle d'attente.

-Mais je suis pieds nus... madame...

-Ce ne sera pas long monsieur... Retourner dans la salle d'attente et on va vous appeler...

Brigitte ne comprenait pas ce que Grégoire faisait pieds nus.

-Où sont tes bottes de skidoo? Et tes chaussettes? lui demanda-t-elle.

-Elle les fait tremper dans une sorte de gélatine... Je ne sais pas pourquoi.

Au bout d'une heure, la secrétaire n'était toujours pas venue chercher Grégoire et le nombre de personnes qui attendaient n'avait cesser de s'accroître.

-Veux-tu bien m'dire c'qu'ils font? J'suis nus pieds! J'veux mes bottes!

Il alla donc voir la secrétaire et lui réclama ses bottes, ses feutres et ses chaussettes.

-Je veux mes bottes de skidoo madame! Je les veux tout de suite! s'indigna Grégoire.

-Encore quelques instants... Je vous les ramène...

-Faites vites car j'ai frette aux pieds!

Grégoire retourna à la salle d'attente. Il y avait toujours plus de patients dont une vieille paysanne coiffée d'un fichu bleu pâle qui tenait une poule entre ses bras et un petit panier d'oeufs à la coquille brune.

-Qu'est-ce qu'on fout ici? lui demanda Brigitte. Qu'ils te rapportent tes bottes de skidoo et qu'on s'en aille! J'ai jamais vu ça, voyons don'! Avoir à inspecter une paire de bottes de skidoo avant un examen de la vue...

Comme elle disait cela, Luce Dumont, la secrétaire, revint avec les chaussettes, les feutres et les bottes de skidoo de Grégoire. Ils étaient étrangement propres, sentaient bon et étaient bien secs.

-Je n'y comprends rien... murmura Grégoire.

-Et moi donc, susurra Brigitte.

-Il est important que les patients qui doivent passer un examen de la vue aient toujours des bottes de skidoo bien propres, expliqua la secrétaire en pointant le plafond avec son index.

Grégoire et Brigitte, incapables d'attendre plus longtemps, quittèrent le bureau de l'opticien.

C'était la canicule dehors.

Les bottes de skidoo de Grégoire semblaient fondre au soleil.

-Veux-tu bien m'dire pourquoi tu portes des bottes de skidoo l'été? lui demanda Brigitte. Tu as pourtant plusieurs paires de chaussures et même des sandales...

-J'sais pas, répondit-il.

Puis Grégoire se réveilla.

Ce n'était qu'un rêve.

Brigitte dormait encore à ses côtés.

Et il avait un peu mal à la tête...